Premier Logo officiel

apparu sur tous

les produits dès 1948

Premier Typo officielle

apparue sur le Nikon 1

en  1948

 

Un petit peu d’histoire

Nippon Kogaku, qui veut dire "Compagnie d'Optique Japonaise", fut fondée le 25 Juillet 1917, par le regroupement de trois petites sociétés d'Optique, dont l'une remontait déja à 1881. Elle commença son activité avec environ 200 employés et 8 Ingénieurs allemands, qui furent invités en Juillet 1919 et arrivèrent en Janvier 1921. C'était au départ une société d'optique, et pas un fabricant d'appareils photographique, ce qui lui confère une grande similitude à l'histoire de Leitz et Zeiss, qui démarrèrent eux aussi en tant que fabricants d'optique.


Dans les années 30, elle produisait des gammes d'objectifs photographiques (de 50 à 700 mm), plus particulièrement destinés aux appareils à plaques de l'époque, en utilisant pour la première fois le nom "Nikkor", qui provenait de "Nikko", que l'on retrouve sur les premiers microscopes fabriqués. En Août 1937 ils avaient fini le design des fameux 50mm 4.5, 3.5 et 2.0 Nikkor qui furent livrés à Canon por équiper en standard les fameux "Hansa Canon" sortis en 1937. En fait, Nippon Kogaku produisit tous les objectifs de Canon, jusque vers mi 1947. Tous les boitiers Canon fabriqués avant la guerre et au début de l'après guerre, furent donc équipés d'optiques Nikkor. Les premiers étaient en baïonnette Canon, mais les derniers étaient en monture à vis Leica.


Nous voyons donc, que vers la fin des années 30, Nippon Kogaku fabriquait des optiques destinées aux appareils dit : "miniature", mais n'était pas encore fabricant d'appareil photo. Avec l'arrivée de la Seconde Guerre Mondiale, elle fut choisie par le gouvernement japonais pour devenir le fournisseur principal en optique de la machine de guerre japonaise. Dix neuf usines et 23 000 employés servaient à cette oeuvre, au plus fort de la guerre. Il est à noter que toute la fabrication de cette période de guerre, come les jumelles, les optiques aériennes, les périscopes de la marine  et aides à la visée de l'armée de  l'air, sont très recherchés par les collectionneurs d'objets militaires.


Avec la fin de la guerre, elle fut réorganisée, sous le contrôle de l'armée d'occupation américaine, en production civile, et fut réduite à une seule usine et seulement environ 1400 employés. Elle se mit à produire nombreux de ces fameuses optiques d'avant guerre pour lesquelles elle était célèbre au Japon. Il faut admettre qu'à cette époque Nippon Kogaku était virtuellement inconnue du reste du monde.


Tout d'un coup, fin 1945 ou début 1946, il fut décidé qu'elle devait produire un appareil photo de sa propre conception et les recherches débutèrent dans deux directions: un 6X6 reflex bi-objectif et un 35 mm télémètrique à objectifs interchangeables. Le projet d'un 6X6 fut vite abandonné, et on continua sur le 35 mm. Le 15 Avril 1945, un ordre de production de 20 appareils, destinés à être utilisés en tests, fut lancé. Pendant la période de gestation du produit, de nombreux noms furent évoqués, et en septembre 1946, lorsque le premier appareil vit le jour, le nom de NIKON fut choisi, et c'est la première fois que ce mot apparut. Un programme de création d'objectifs fut lui aussi lancé à cette époque, mais la production réelle de cet appareil, ne démarra réellement qu'au début de 1948, et ce fut alors le premier NIKON....  le MODELE 1 .

Nikon 1

# 6091

Premier Boitier Officiel

Bien qu'il n'ait pas été mis sur le marché avant Mars 1948, le prototype fut lui achevé en Septembre 1946.

La conception originale du premier Nikon était une combinaison de spécificités empruntées aux appareils Leica et Contax de la même époque.

Les ingénieurs de la Nippon Kogaku estimaient que ni le Leica, ni le Contax n'étaient parfaits.


Du Contax, ils prirent la forme générale du boitier avec ses cotés anguleux et son dos amovible, la roue de mise au point frontale pour les optiques normales et grand-angle, les controles d'obturateur sur le dessus, la monture baïonnette, le retrofocus et la plaque de décoration avant. Ce qui donna à l'appareil, un look Contax.


Du Leica, ils décidèrent d'utiliser le mécanisme du télémètre, ainsi que l'obturateur plan focal horizontal en tissu.


Beaucoup de noms furent envisagés pour le nouvel appareil, certains deviendront familiers. Dans un ordre chronologique possible, voici ce qui fut évoqué: BENTAX, PENTAX, PANNET, NICCA, NIKKA, NIKORET, NIKO and NIKKORETTE. On pense que NIKKORETTE fut le dernier nom pris en considération, avant de finalement se décider au moment du dessin final, pour changer le nom en NIKON.


Le 15 Avril 1946, l'ordre de production N° 6FT-1 fut lancé pour construire une série de 20 boitiers miniatures en tant que tests. Comme établi, ils devaient être fini en Septembre 1946. En occident, cette date pouvait être écrite 9146,09/46 ou 09/6. Au Japon, ils écrivent juste l'inverse, donc ce serait 4619, 46/09 ou 6/09. C'est cette dernière façon d'écrire qui fut retenue par Nippon Kogaku, et qui servit de prefixe aux numéros de série. Les 20 premiers appareils fabriqués en tant que tests, portèrent les numéros 6091 à 60920. Ces 20 appareils furent utilisés fin 1947 pour étudier la faisabilité d'une mise sur le marché. On suppose qu'un appareil supplémentaire (60921) fut utilisé dans le même but. Le véritable premier Nikon 1 mis en vente, devrait donc porter le numéro 60922. Nippon Kogaku, continua simplement la numérotation à partir de ce numéro. Il est difficile de savoir exactement, combien de Nikon 1 ont été produit, mais nous pensons raisonnablement, que le dernier Nikon 1, porte le numéro 609758 ou 609759, ce qui veut dire que la production totale fut de 758 ou 759 appareils (en incluant les 21 prototypes).


Le Nikon 1, fut produit de Mars 1948 à Août 1949, soit un petit peu plus d'un an. Le Nikon 1 n'avait aucune synchro flash, "Made in occupied Japan" (MIOJ) était gravé sur la semelle, et iils étaient livrés soit avec un 50 mm 3.5  ou 2.0 Nikkor "rentrant". Ce modèle ne se révéla pas très populaire , car le Quartier Général américain (dirigé par le Générl Mc Arhur) ne laissa pas exporter cet appareil vers les USA, sous prétexe que le format 24 x 32 n'était pas compatible avec les monteuses sous cache des diapositives Kodachrome. Ce sont donc très peu de Nikon 1 qui réussirent à atterrir aux USA, même si ils étaient vendus aux troupes US basées au Japon. C'est  cette restriction à l'export, due à son format de film, qui poussa Nippon Kogaku à introduire un second modle qui corrigea ce défau.

Environ 400 Nikon  ont été livrés aux clients, seul un Boîtier NOIR est connu, et est la propriété d’un collectionneur

japonais. En Aôut 1949, le Nikon 1 fut stoppé et remplacé par un second modèle connu sous le nom de NIKON M.



Traduit d'un texte de Robert ROTOLONI ("The Nikon Rangefinder", © 1981 )

Nikon 1

# 6094